lundi 31 août 2009

Les yeux de pluie




Seul.
Seul à la nuit qui s’étend
Au long de mes bras tombants,
Linceul.

Elle rampe, vers maudit.
A l’hameçon du temps,
Elle s’agite, se raidit.
Elle rampe, en légions de serpents.

Seul.
Seul au soleil de mon sang,
Brûlure à mes membres hésitants.
Linceul.

De poussières il recouvre
Mes pensées qui s’oublient
En une douce mélancolie.
Au port, un cœur qui s’ouvre.

Seul.
Seul aux yeux de pluie,
Aux mots en linceul
Sur un cri de vie.

3 commentaires:

martine hurstel a dit…

les textes sont aussi de toi ???
désolée je pose peut etre une question bête

Alain Lagorce a dit…

non les poèmes sont de mon frère José

AMAETA a dit…

Je trouve par hasard votre blog (en cherchant des representations de Don Quichotte)... je suis conquise par ces poèmes et vos illustrations, mille bravos.